NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Qu’est-ce qui caractérise l’entraînement des marathoniens de très haut niveau ?
3-2-1-go

On sait qu’en course de fond, les principaux déterminants de la performance sont la consommation maximale d’oxygène (le VO2max), l’endurance et l’efficacité de la foulée. Toutefois, on connaît peu l’entraînement des coureurs de fond de haut niveau. Notamment, on ne sait pas comment se compare l’entraînement des hommes et des femmes, ni comment l’entraînement des coureurs d’élite se compare à celui de ceux et celles dont le niveau de performance est un peu moins élevé. Dans Training characteristics of qualifiers for the U.S. Olympic marathon trials (2007), on s’est penché sur la question.

Des coureurs masculins et féminins (n = 93) ayant satisfait le standard olympique états-unien, soit 2h22 chez les hommes et 2h48 chez les femmes, ont été divisés en deux groupes (élite vs national) selon leur record personnel (performance meilleure ou non que 2h15 et 2h40 pour les hommes et les femmes, respectivement).

Les participants ont rempli un questionnaire sur leurs habitudes d’entraînement. À noter que 49 % des hommes et 31 % des femmes interrogés n’avaient pas d’entraîneur et que 65 % (H) et 68 % (F) s’entraînaient seuls.

Voici ce qui distingue les coureurs des différents groupes :

Hommes vs femmes
Le nombre hebdomadaire de kilomètres d’entraînement est supérieur chez les hommes (145 contre 116), tout comme la fréquence des séances d’entraînement (8,7 contre 7,1/semaine). Davantage de longues sorties (plus de 32 km) sont réalisées par les hommes. Ceux-ci possèdent également plus d’expérience que les femmes (12,2 contre 8,8 années d’entraînement).

Hommes de niveau élite vs national
Les coureurs d’élite font plus de musculation et plus de séances d’entraînement hebdomadaires au cours du premier tiers de l’année.

Femmes de niveau élite vs national
Les femmes de l’élite courent un plus grand nombre hebdomadaire de kilomètres (135,8 km contre 111,3 km), font un plus grand nombre de séances et ont plus d’années d’entraînement que les femmes de niveau national.

Poids des hommes et des femmes
Élite = 59,0 et 51,0 kg, respectivement.
National = 66,0 et 51,2 kg, respectivement.

Chez les hommes autant que les femmes, la performance au marathon était fortement corrélée avec la performance dans les épreuves de demi-fond (1 500 et 3 000 m). De plus, une grande partie de leur entraînement hebdomadaire (74,8 % et 68,4 %, respectivement) est effectué à une intensité inférieure à celle de compétition. On observe aussi que le travail en altitude est une stratégie employée par peu de répondants (24 % des hommes et 16 % des femmes).

Cette recherche révèle donc que la charge d’entraînement des marathoniens et des marathoniennes de très haut niveau est sensiblement supérieure à celle des coureurs d’un niveau un peu moins élevé.

L’étude ne permet toutefois pas de conclure que les coureurs de fond amélioreraient automatiquement leur performance en s’imposant une charge d’entraînement aussi élevée que celle de l’élite.


Avec la participation de Joanie Caron


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *