NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Pour remettre ses pendules (internes) à l’heure : le camping !

Durant des millénaires, les rythmes circadiens des humains furent essentiellement dictés par le cycle de la lumière naturelle (le soleil). De nos jours, influencées par la lumière artificielle et nos horaires urbains, nos horloges biologiques n’ont plus rien de naturel !

Nos environnements et nos modes de vie modernes s’accompagnent d’une faible exposition à la lumière naturelle du soleil, et d’une forte exposition à la lumière artificielle, surtout après le coucher du soleil.

Conséquemment, plusieurs éléments biologiques sont affectés, notamment les suivants :

  • le rythme veille/sommeil ;
  • la vigilance ;
  • la température corporelle ;
  • la circulation sanguine ;
  • la production d’urine et de selles ;
  • la sécrétion d’hormones, comme l’hormone de croissance et le cortisol ;
  • la pousse des cheveux ;
  • le métabolisme cellulaire ;
  • la concentration plasmatique d’électrolytes comme le potassium.

Dans Entrainment of the Human Circadian Clock to the Natural Light-Dark Cycle (2013), des chercheurs de l’université de Boulder au Colorado présentent leur étude sur les effets d’une exposition à la lumière artificielle ou naturelle.

Ils ont surveillé pendant une semaine les schémas quotidiens de sommeil et d’éveil de huit sujets (deux femmes et six hommes âgés en moyenne de 30,3 ans). La semaine suivante, les sujets sont partis en camping dans les montagnes Rocheuses du Colorado, où ils n’étaient exposés qu’à la lumière du soleil et des feux de camp. Les lampes et les appareils électroniques étaient interdits.

En mesurant les taux de mélatonine des participants, les chercheurs ont observé, après seulement une semaine passée dans la nature (sans aucune lumière artificielle), que leurs rythmes biologiques circadiens s’étaient synchronisés avec le rythme du soleil ; que le début de leur “nuit biologique” débutait avec le coucher du soleil et prenait fin avec son lever.

L’intensité de la lumière du matin était parfois jusqu’à 400 fois plus élevée pendant la semaine de camping, d’où un niveau d’attention accru chez tous les sujets en début de journée.

Les chercheurs ont également remarqué que les différences des rythmes circadiens entre les individus s’étaient beaucoup atténuées : les oiseaux de nuit ont eu tendance à se coucher plus tôt et les lève (trop) tôt ont eu tendance à faire davantage la grasse matinée !

Vous vous endormez rarement avant minuit, ou vous vous réveillez avant le soleil, ou les deux… et vous en souffrez ?

 

  • Prescription : camping sans lumière artificielle.
  • Posologie : une semaine en continue.
  • À répéter au besoin.
  • Aucun effet secondaire néfaste !

Mais attention, on développe vite une dépendance !

Cette vidéo (en anglais) présente un résumé de l’étude et des résultats.

 


Une version abrégée de cet article a initialement été publiée dans le Magazine Espaces.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d'entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *