NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Test | OUTDOOR RESEARCH : Capstones
3-2-1-go

Ce dernier-né de la série de gants chauffants utilisant la technologie ALTIHeat n’est pas piqué des vers. Selon le fabricant, grâce à des éléments chauffants autour des doigts, mais aussi sur le dos de la main, les Capstones émettraient quatre fois la chaleur des modèles de la concurrence.

Premières impressions
En sortant les Capstones de leur boîte on a l’impression qu’on déballe les gants de Robocop ! Ce mélange de cuir souple, cuir rigide, de suède (pour s’essuyer le nez avec le dessus du pouce), de tissu élasthanne légèrement extensible, d’une membrane Gore-Tex imper-respirante, ainsi que de renforts surmoulés en mousse EVA sur les phalanges lui donne vraiment un look indestructible. Et quand on les met en marche en appuyant sur l’unique bouton près du poignet, on se voit prendre la pose Iron Man !

Fini les phalanges froides
Testés sous différentes températures, en ski alpin, à vélo, en pelletant, en photographiant, en travaillant sur des échafauds…, les résultats sont très satisfaisants. Sous la barre des -15°C, il faut toutefois être actifs pour ne pas sentir le froid reprendre le contrôle. Comme la chaleur vient du dessus de la main, on doit l’ouvrir périodiquement afin que le dessus des doigts et de la main entre en contact avec les éléments chauffants. Par grand froid, les gants atteignent leur limite, mais continuent toujours de chasser l’humidité, ce qui contribue à maintenir le confort.

Un unique bouton lumineux active et désactive les éléments et permet de sélectionner l’un des trois niveaux de chaleur : Élevé qui dure 2,5 h ; Moyen (5 h) et Faible (8 h). En plus d’être très solides et résistants, vous l’aurez deviné : le bout des index peut opérer les écrans tactiles ! Chaque gant accepte deux modules de deux blocs-piles, qui se chargent deux à la fois. On aurait aimé un chargeur qui s’occupe des quatre modules en même temps. Les pochettes des blocs-piles peuvent aussi servir à ranger quelques clés ou cartes bancaires…

Ces gants Robocop sont toutefois plutôt lourds. Leur utilisation se limite donc à des activités où le poids n’est pas en jeu : vélo, fat-bike, kite-ski, ski alpin, photographie, pêche sur la glace… Mais il est hors de question de les porter en ski de fond ! S’ils ont tout pour plaire et satisfaire, ils ne sont pas donnés. Pour se les offrir, il faut largement délier les cordons de sa bourse.

$600 CAD
667 g
Des gants chauffants (presque) aussi chauds que des mitaines. Pour quand un doigté précis est primordial !
  • Très bon design
  • Résistants
  • Un peu lourds
  • Chers

9 of 10

9 of 10

8 of 10

8 of 10

8 of 10

5 of 10

9 of 10

8 of 10

Les notes sont basées sur la comparaison avec des produits équivalents, et la durabilité est évaluée en fonction de l’analyse des composantes et s’appuie sur expérience des auteurs, et non pas sur une utilisation à long terme.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d'entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *