NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Se libérer du syndrome de Raynaud grâce à Pavlov ?

La maladie (ou syndrome) de Raynaud est un problème de circulation du sang (une vasoconstriction excessive) qui affecte les extrémités : doigts et orteils, mais aussi parfois le nez et les oreilles, quand la température est sous 15 degrés Celsius. La peau devient blanche, puis bleue, et s’engourdit. La douleur est vive.

Des traitements pharmacologiques sont parfois proposés (médicaments antihypertenseurs appelés inhibiteurs calciques ; pommade à la nitroglycérine). Mais il existe aussi un traitement fondé sur le conditionnement classique de Pavlov. Pour une raison que j’ignore, ce traitement est très peu connu. Chose certaine, il est efficace.


Pavlov

Au début du siècle dernier, le russe Ivan Pavlov mesurait la salivation chez les chiens. Il actionnait une cloche au moment où il les nourrissait. Il s’est rendu compte qu’il suffisait d’actionner la cloche pour que les chiens se mettent à saliver, même en l’absence de nourriture.


Mis au point par un médecin militaire états-unien, le traitement est exigeant, mais il donne d’excellents résultats. Il consiste à s’immerger l’extrémité visée (ex. les mains) dans de l’eau chaude tout en exposant son torse au froid.

Protocole

  • Remplissez deux récipients assez grands pour accueillir les mains avec de l’eau à 48-50 degrés Celsius.
  • Placez-en un dans un endroit froid (ex. dehors, en hiver) ; placez l’autre dans une pièce chaude.
  • Habillez-vous légèrement, comme vous le feriez pour l’intérieur. Dans la pièce chaude, plongez les mains dans l’eau chaude pendant deux à cinq minutes.
  • Enveloppez les mains dans une serviette et allez à l’endroit froid. Placez les mains dans le second récipient d’eau chaude pendant 10 minutes.
  • Revenez à l’intérieur et mettez à nouveau les mains dans l’eau chaude pendant deux à cinq minutes.
  • Répétez cette procédure trois à six fois par jour tous les deux jours pendant une centaine de jours (pour totaliser une cinquantaine d’essais).

Tel le chien de Pavlov qui salive en entendant la cloche même si on ne lui donne pas à manger, vos profiterez du conditionnement classique : du sang chaud irriguera vos extrémités quand votre corps sera exposé au froid.

Les vaisseaux sanguins des organes périphériques « entraînés » se dilateront. Bye bye la vasoconstriction ! Bye bye la douleur !

Cet effet bénéfique perdure pendant des années. Il suffit de répéter le protocole pendant quelques jours pour préserver l’adaptation.


Pour en savoir davantage

Raynaud’s Disease : A Simple Approach to Management (1990)


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.