NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Contre-la-montre de 40 km : boire ou ne pas boire (avant et pendant) ? Contre-la-montre de 40 km : boire ou ne pas boire (avant et pendant) ?
Ne rien boire durant un contre-la-montre de 40 km débuté en état de légère déshydratation n’affecte pas la performance. Contre-la-montre de 40 km : boire ou ne pas boire (avant et pendant) ?

Pour éviter une contre-performance dans les sports d’endurance, on recommande traditionnellement de boire suffisamment durant l’effort, afin de limiter la déshydratation à moins de 2 % de réduction de la masse corporelle. Comme les conditions d’un sport à un autre peuvent varier substantiellement, cette règle n’est pas toujours la meilleure à suivre. Dans la présente étude : Ad-libitum drinking and performance during a 40-km cycling time trial in the heat (2015), on a vérifié si amorcer un contre-la-montre de 40 km en état de légère déshydratation nuit à la performance, et si boire à volonté peut réduire les éventuels effets de la déshydratation.

Douze cyclistes entraînés ont effectué trois tests contre la montre de 40 km simulés sur ergocycle, à une température de 35,2 °C, chacun précédé par un « échauffement » particulier : 30 minutes à 50 % de la puissance maximale, 20 minutes de récupération, 6 minutes à 80 % de la fréquence cardiaque maximale, et 3 minutes à 90 % de la fréquence cardiaque maximale.

– Test 1 : hydratation suffisante afin d’empêcher toute déshydratation durant l’échauffement, et aucune hydratation durant le contre-la-montre ;
– Test 2 : aucune hydratation durant l’échauffement et le contre-la-montre ;
– Test 3 : aucune hydratation durant l’échauffement, et hydratation à volonté durant le contre-la-montre.

Tous les tests ont été effectués dans une chambre à environnement contrôlé, avec un flux d’air maintenu à 7 m/s.

Résultats

Au début des contre-la-montre, la perte de masse corporelle causée par la déshydratation lors de l’échauffement était :
nulle au test 1
de 1,1 % au test 2
de 1,3 % au test 3

À la fin des contre-la-montre, la réduction de la masse corporelle était :
2,7 % au test 1
3,8 % au test 2
2,3 % au test 3

Malgré des différences importantes dans les niveaux d’hydratation, les temps moyen n’étaient pas statistiquement différents :
70 min 6 s au test 1
71 min 12 s au test 2
69 min 55 s test 3

Ces résultats suggèrent que ne rien boire durant un contre-la-montre, alors qu’on est en état de déshydratation modérée, ne nuit pas à la performance même si la réduction de la masse corporelle est importante.

Les cyclistes qui n’éprouvent pas le besoin de boire durant un contre-la-montre de 40 km et qui ne s’hydratent que pour prévenir la déshydratation ont maintenant une piste à explorer pour revoir leur stratégie d’hydratation.


Lectures suggérées
Drinking to thirst versus drinking ad libitum during road cycling (2014)
Ultraendurance cycling in a hot environment : thirst, fluid consumption, and water balance (2015)


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d'entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *