NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Quelles sont les exigences physiologiques d’un combat de taekwondo au niveau international ?
3-2-1-go

Le taekwondo est un sport de combat où les duels sont effectués à haute intensité. Cependant, les entraîneurs disposent de peu de données physiologiques pour orienter les séances d’entraînement et se concentrent souvent davantage sur l’aspect technique. Bien que cette composante soit essentielle, les séances d’entraînement devraient être souvent effectuées à des intensités similaires à celles de la compétition. Dans leur étude, Physiological responses and perceived exertion during international taekwondo competition (2009) , les chercheurs dressent un portrait des exigences physiologiques d’un combat international de taekwondo.

Des paramètres physiologiques de compétiteurs internationaux ont été mesurés, de même que leur perception de l’effort (échelle de Borg). La fréquence cardiaque, exprimée en pourcentage de la fréquence cardiaque maximale, a été mesurée en continu, alors que la concentration sanguine de lactate a été établie au repos, après chaque round et une minute suivant l’arrêt de la compétition. Les duels comprenaient trois rounds de deux minutes chacun, séparés par 30 secondes de récupération.

Les résultats révèlent que la majorité des combats se font à très haute intensité, soit entre 89 % et 96 % de la fréquence cardiaque maximale. Cette donnée, combinée à la concentration sanguine de lactate, indique que l’intensité augmente tout au long du combat, de même que la perception de l’effort, passant de 11/20 dans le premier round pour atteindre 14/20 au dernier round. Les auteurs soulignent que l’environnement de compétition du taekwondo fait en sorte que le stress psychologique et la fatigue générée par la prise de décision rapide s’ajoutent au stress physique.

Les données recueillies dans cette étude suggèrent qu’en taekwondo, on a intérêt à s’entraîner à très haute intensité, c’est-à-dire à des fréquences cardiaques comprises entre 90 % et 100 % du maximum. On peut également penser qu’il est avantageux d’entraîner la composante technique en état de fatigue, afin de prévenir la réduction de la qualité de la gestuelle en fin de combat.


Avec la participation de Joanie Caron


Lectures suggérées
Changes in heart rate and blood lactate concentrations as intensity parameters during simulated Taekwondo competition (2007)
Taekwondo : Physiological responses and match analysis (2009)


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre infolettre.

Recevez nos dernières fiches scientifiques et revues d'équipement.