NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Les meilleurs cyclistes pédalent à cadence supérieure à intensité élevée
3-2-1-go

La performance en cyclisme sur route, et particulièrement en contre-la-montre, dépend fortement de l’aptitude à maintenir une puissance élevée de pédalage. Ainsi, les tests d’aptitude physique des cyclistes mettent traditionnellement l’accent sur la puissance aérobie maximale (PAM : plus haute puissance développée au terme d’un test à puissance augmentée progressivement) et l’endurance.

Les cyclistes entraînés ont tendance à choisir spontanément des cadences de pédalage plus élevées que les non entraînés, soit plus de 90, voire 100 rpm. Chez les cyclistes professionnels, une cadence élevée semble caractériser les plus performants au contre-la-montre. Par exemple, les records de l’heure sont réalisés avec des cadences de plus de 100 rpm (Indurain, 1994 : 100,8 rpm ; Rominger, 1994 : 102,2 rpm ; Boardman, 1996 : 104,2 rpm).

Le but de cette étude, Preferred pedal rate : An index of cycling performance (2005), était de vérifier si la cadence préférée de pédalage était corrélée ave des indices de performance cycliste.

On a mesuré la cadence préférée de pédalage, la PAM (incréments de 25 watts/min, jusqu’à épuisement) et le temps limite de pédalage à intensité élevée (tlim ; 91 ± 4 % PAM), chez 13 coureurs cyclistes (4 « Régionaux », 5 « Nationaux », 2 « Élites 3 » et 2 « Élites 2 »).

Résultats :

  • tlim@91 %PAM = 539 ± 126 s ;
  • cadence préférée de pédalage = 95 ± 6 rpm ;
  • 66 % de la variance de la PAM s’explique par la variance de la cadence préférée ;
  • 83 % de la variance de l’endurance s’explique par la variance de la cadence préférée.

La relation entre, d’une part, la cadence préférée de pédalage (CPP) et la PAM et, d’autre part, le temps limite à 91 % PAM est la suivante :

Tlim à 91 %PAM (s) = 13,95 x CPP (rpm) + 0,80 x PAM (watts) – 1097,16

Une cadence de pédalage élevée adoptée spontanément à intensité élevée indiquerait donc un bon niveau de performance. Cela peut sembler paradoxal étant donné que le travail musculaire négatif (contractions excentriques, où le muscle s’allonge en se contractant) augmente significativement avec la cadence de pédalage, tout comme le coût énergétique.

On peut faire l’hypothèse que les cyclistes auraient intérêt à utiliser une cadence de pédalage élevée lors des séances à haute intensité.


Avec la collaboration de Xavier Nési


Lectures suggérées
Improving cycling performance : How should we spend our time and money (2001)
Peak power predicts performance power during an outdoor 16.1-km cycling time trial (2000)

 


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

  • Avatar

    Sylvain Michaud

    2 juin 2017 #1 Author

    Oser tirer la conclusions et titrer un article "les meilleurs cyclistes pédalent à cadence supérieure à intensité élevée" à partir d'une seule étude implicant 14 sujets au total dans 4 catégories, sans autres références c'est pas de la science, c'est du charlatanisme déguisé en pseudo-science. Cette étude n'ouvre que la porte à d'autres études plus étoffées pour vérifier cette hypothèse. Un article de la sorte publié par le détenteur d'un doctorat, c'est honteux ! Si en plus vous êtes l'auteur de cette étude, là c'est le "boutte de marde" !

    Répondre

    • Thibault

      Thibault

      3 juin 2017 #2 Author

      La recherche dont nous rapportons ici les résultats a été menée par des collègues de la France : Xavier Nési (ex-coureur cycliste et co-auteur de la présente fiche), Laurent Bosquet et Patrick Pelayo. Voir : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15895320 Elle indique que les meilleurs cyclistes ont tendance à pédaler à cadence supérieure que les moins bons cyclistes, ce que ne fait que confirmer ce que bien d'autres observations de laboratoire et de terrain indiquaient déjà. N'empêche que vous avez raison d'avancer que cela ouvre la porte à d'autres recherches. On trouve facilement bien d'autres rapports de recherche intéressants sur la cadence de pédalage. Par exemple celui-ci : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19417224 J'expliquerai à mes collègues Nési, Bosquet et Pelayo ce qui signifie 'boutte de la marde'. Ha ha ha!

      Répondre

  • Avatar

    Sylvain Michaud

    2 juin 2017 #3 Author

    Ce qui est intéressant​, c'est que dans un article scientifique publié aussi en 2005 *, on y dit: "Although, terrain and strategy dictate cadence, most professional cyclists select pedalling between 80 and 126 rpm."

    The Science of Cycling: Factors Affecting Performance ??? Part 2 Sports Medicine · February 2005

    Répondre

    • Thibault

      Thibault

      3 juin 2017 #4 Author

      Bonjour M. Sylvain Michaud, Si vous voulez 'ficher' cette publication pour Nature-humaine.ca, vous n'avez qu'à me transmettre votre projet de texte à tiboguy@gmail.com . Nous travaillons bénévolement à diffuser de l'information en sciences du sport, et nous acceptons des collaborations spontanées, à condition qu'elles respectent nos politiques éditoriales.

      Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *