NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Être actif durant la mi-temps pour mieux performer en fin de match
3-2-1-go

Comparativement à la première demie, durant les 15 premières minutes de la deuxième demie des matchs de football (soccer) professionnel, on voit une diminution de la distance totale courue à haute intensité ainsi qu’une augmentation du taux de blessure. Des changements possiblement causés, entre autres, par une diminution de la température corporelle durant le repos de la mi-temps.

Dans l’étude de RJ Lovell : Soccer half-time strategy influences thermoregulation and endurance performance (2007), on a évalué l’effet d’un échauffement actif et passif sur la fréquence cardiaque, la température corporelle ainsi que sur la performance aérobie dans des tâches spécifiques au football.

À quatre reprises, sept joueurs de football professionnels ont effectué deux séances d’exercices intermittents de terrain d’une durée de 16,5 minutes avec une interruption de 15 minutes. Ils appliquaient différentes stratégies entre les minutes 7 et 14 de la mi-temps de 15 minutes :

1- situation témoin (repos seulement) ;

2- immersion partielle (jusqu’au pli de la fesse) dans un bain chaud (environ 40°C) ;

3- activité non spécifique (ergocycle) ;

4- activité spécifique (sprints répétés) à une fréquence cardiaque correspondant à 70 % de la fréquence cardiaque maximale.

Résultats
Contrairement à l’échauffement passif dans le bain chaud, l’échauffement actif a permis de prévenir la diminution de la performance aérobie dans les tâches spécifiques au football et il s’est accompagné d’une augmentation de la fréquence cardiaque. Pendant la mi-temps lors de la situation témoin, la température corporelle a diminué de 0,97°C ; l’échauffement passif et les répétitions de sprint n’ont pas atténué cette diminution alors que l’échauffement sur ergocycle s’est accompagné d’une température corporelle plus élevée. Les différences de fréquence cardiaque et de température corporelle entre les stratégies d’échauffement n’étaient plus présentes à la fin des séances.

Ainsi, à la mi-temps des matchs, les joueurs de football auraient avantage à miser sur des stratégies d’échauffement comprenant des exercices spécifiques à ce sport afin de réduire la diminution de la performance entre les deux demis.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d'entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *