NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Les déterminants physiologiques du VO2max Les déterminants physiologiques du VO2max
Le VO2max étant un important déterminant de la performance, il faut se demander qu’est-ce qui le limite. Le débat sur cette question reste ouvert. Les déterminants physiologiques du VO2max

Qu’est-ce qui limite le VO2max ?
Les poumons, le cœur, les muscles ou autre chose ? Penchons-nous sur les principales hypothèses.

Facteur musculaire ?
Certaines observations suggèrent que le VO2max est limité par des facteurs « périphériques » comme la capacité oxydative des muscles. En effet, l’activité des enzymes oxydatives des cellules musculaires augmente avec l’entraînement. Mais une augmentation importante de l’activité d’enzymes aérobies ne s’accompagne que d’une légère augmentation du VO2max. Et chez les individus ayant un VO2max équivalent, on peut mesurer des activités d’enzymes aérobies allant du simple au double.

Facteur circulatoire ?
Le VO2max dépend en quelque sorte du volume sanguin et de la quantité d’hémoglobine. Lorsqu’on augmente la quantité d’hémoglobine (ex. avec le dopage sanguin), la capacité du sang à transporter de l’oxygène s’améliore, ce qui s’accompagne d’une augmentation du VO2max pouvant atteindre environ 10 %. En revanche, un état d’anémie provoque une diminution du VO2max et, donc, de la performance.

Facteur pulmonaire ?
Chez certains athlètes de haut niveau, on remarque que la diffusion de l’oxygène entre les alvéoles et les capillaires pulmonaires devient un facteur limitant : le sang passe si vite dans les poumons que l’hémoglobine n’a pas le temps de se saturer en oxygène.

Facteur cardiaque ?
La majorité des scientifiques croient que le VO2max est plutôt limité par la capacité du cœur à mettre en circulation un grand volume de sang oxygéné. Quand on parvient à améliorer son VO2max, c’est surtout parce qu’on a amélioré la fonction cardiaque.

Quel que soit le facteur limitant (central ou périphérique) du VO2max, il demeure que vous améliorerez votre performance de manière significative si vous parvenez à augmenter votre consommation maximale d’oxygène.


Avec la participation de Myriam Paquette


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l'exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d'endurance et performance; et En pleine forme, conseils pratiques pour s'entraîner et persévérer.

  • yvan campbell

    7 juillet 2017 #2 Author

    Salut Guy, bon article ; es-tu familier avec l'hypothèse de Tim Noakes (Central Gouvernor Modal) si oui qu'en penses-tu, sinon je t'envoie son texte si tu veux !

    Yvan Campbell

    Répondre

    • Thibault

      Thibault

      7 juillet 2017 #3 Author

      Allô Yvan, Oui, je connais son hypothèse (elle ne fait que refléter d'une certaine façons ce qu'on dit depuis des décennies; n'est-ce-pas?) et je me propose de publier un article pour la commenter. Tu sais qu'il ne fait pas consensus : ses idées provocantes sont souvent répercutées par les médias et (en même temps) souvent critiquées par des scientifiques. Si tu es disponible pour m'aider à rédiger un avis, tu es le bienvenu !

      Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *