NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Snowboarders, échauffez vous !

Un échauffement adéquat est primordial, particulièrement lorsqu’il fait froid

Il a maintes fois été démontré que, dans tous les sports, une bonne période d’échauffement est essentielle. Entre autres objectifs, elle doit activer le système cardiorespiratoire et élever la température des muscles. Sauf que, dans les sports d’hiver, il n’est pas toujours facile d’effectuer un échauffement adéquat et d’en conserver les effets bénéfiques jusqu’au début de l’épreuve.

Lors d’un championnat canadien, des planchistes de haut niveau ont été suivis par Sporer et son équipe qui ont analysé la valeur réelle des exercices d’échauffement effectués et la persistance de leurs effets jusqu’au départ.

Il ressort de leurs observations, publiées dans Warm-up practices in elite snowboard athletes (2012) que :

– plus de deux heures s’étaient écoulées entre le départ du complexe sportif et le début de l’épreuve ;

– aucun exercice d’échauffement n’a élevé la fréquence cardiaque pendant plus de 10 minutes à un niveau suffisant pour significativement activer le système cardiorespiratoire, même si l’on sait que 10 à 20 minutes sont normalement nécessaires ;

– après la descente de qualification, les planchistes passaient plusieurs minutes au bas du parcours à regarder les autres compétiteurs, mais sans enfiler un survêtement, provoquant ainsi une baisse de leur température corporelle et une vasoconstriction périphérique ;

– juste avant la compétition, leur température corporelle avait augmenté de 0,5 °C, alors qu’après un échauffement adéquat, on s’attend à une augmentation de 0,5 à 1,0 °C.

Les auteurs concluent que l’échauffement des planchistes avant une compétition est généralement sous-optimal. Ils leur recommandent donc :

– d’inclure un exercice soutenu d’au moins 10 minutes, et ce, pas plus de 10 à 15 minutes avant le début de l’épreuve ;

 

– de toujours prévoir un survêtement pour les moments où ils seront inactifs.

Des études ultérieures sur la température musculaire idéale pour performer pourraient fournir davantage d’indices quant à l’intervalle optimal à respecter entre la fin de l’échauffement et le début de l’épreuve.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d’entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *