NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Les contractions musculaires excentriques à vitesse élévée, vous connaissez ?

Plusieurs études indiquent que l’entraînement avec contractions musculaires excentriques développe davantage le volume et la force musculaires que l’entraînement avec contractions musculaires concentriques. On connaît par ailleurs les effets de la charge, du nombre de répétitions et de séries, de la durée des périodes de repos, etc. Mais on en sait très peu sur les effets de la vitesse d’exécution des mouvements sur l’amélioration des qualités musculaires.

Dans leur étude The effects of eccentric and concentric training velocities on muscle hypertrophy (2003), Farthing et Chilibeck ont voulu déterminer si la vitesse d’exécution des mouvements d’un entraînement avec contractions musculaires isocinétiques était un élément déterminant de l’hypertrophie et l’augmentation de la force. Vingt-quatre sujets non entraînés, âgés en moyenne de 21,9 ans, divisés en 2 groupes – mouvement rapide (180 degrés/s), et mouvement lent (30 degrés/s) – ont participé à un entraînement isocinétique des fléchisseurs du coude. Au cours de la première phase (8 semaines), l’entraînement consistait en contractions excentriques d’un seul bras, suivi d’une deuxième phase (8 semaines) de contractions concentriques de l’autre bras. Les 4 différents protocoles imposaient tous le même volume d’entraînement, soit 24 séances constituées de 2 à 6 séries de 8 RM.

Les résultats de l’augmentation moyenne de l’épaisseur musculaire (hypertrophie) :

  • 13 % après entraînement avec des contractions musculaires excentriques rapides
  • 7,8 % après entraînement avec des contractions musculaires excentriques lentes
  • 5,3 % après entraînement avec des contractions musculaires concentriques lentes
  • 2,6 % après entraînement avec des contractions musculaires concentriques rapides

C’est aussi l’entraînement avec contractions excentriques rapides qui s’est accompagné des plus grandes augmentations de la force en contraction concentrique et de la force en contraction excentrique.

Les résultats de cette étude confirment que l’entraînement avec contractions musculaires excentriques donne de meilleurs résultats qu’un entraînement avec contractions musculaires concentriques, tant sur le plan de l’hypertrophie que celui de l’augmentation de la force ; ils indiquent en outre que l’entraînement excentrique est encore plus efficace lorsque effectué à vélocité élevée.

S’il est important de rappeler que cette étude a été menée auprès de non athlètes, il demeure que la vitesse d’exécution des mouvements semble être un élément clef pour le développement du volume et de la force musculaires.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d’entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *