NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Pédaliers : plateaux ovales ou ronds ?

À l’achat, les vélos viennent généralement avec un pédalier où les plateaux sont ronds, mais on trouve sur le marché des plateaux ovales. Ces derniers sont-ils avantageux ?

Pendant le pédalage, on est mécaniquement plus apte à développer une force élevée (et, donc, une puissance élevée) lorsque les pédales sont à l’horizontale (dans le jargon cycliste, on dit à 15 h 45) qu’à la verticale (à 12 h 30).

D’où l’idée qu’on aurait avantage à utiliser des plateaux ovales avec un bras de levier plus grand autour de 15 h 45 qu’à 12 h 30.

Mais pratiquement toutes les recherches visant à montrer que l’efficacité de pédalage est améliorée en passant d’un plateau rond à un plateau ovale ont échoué. En effet, pendant le pédalage à une puissance donnée, la consommation d’oxygène ne semble pas moins élevée avec un plateau ovale qu’avec un plateau rond traditionnel.

Mais pour faire ressortir un éventuel avantage d’un plateau ovale, il faillait peut-être examiner autre chose que l’efficacité de pédalage, qui n’est pas le seul déterminant de la performance cycliste.

Dans Effects of a Non-Circular Chainring on Sprint Performance During a Cycle Ergometer Test (2016), une recherche menée par une équipe dirigée par mon collègue et ami Fred Grappe (directeur de la performance pour l’Équipe cycliste professionnelle Groupama-Française des Jeux ; chercheur en science du sport et enseignant à l’Université des Sports de Besançon), on a vérifié si l’utilisation d’un plateau ovale (Osymetric ; ellipticité de 1,25) améliorait la performance au sprint.

Ainsi, 20 spécialistes de l’effort cycliste bref ont effectué des sprints de huit secondes sur un ergocycle instrumenté, avec plateau circulaire ou ovale.

On a mesuré les principaux éléments de la mécanique du pédalage comme la force instantanée, la vitesse de déplacement de la pédale et la puissance développée.

Il en ressort que la puissance maximale est 4,3 % plus élevée (c’est beaucoup !) quand le sprint est effectué avec un plateau ovale plutôt qu’avec un plateau rond traditionnel.

Cet avantage découlait d’une force instantanée plus élevée pendant la phase où les manivelles sont proches de l’horizontale. Cet avantage ne semble pas venir d’une plus grande force appliquée sur la pédale montante, car le même avantage se manifestait, que les sujets utilisent des pédales avec ou sans attache automatique (clips).

On peut faire l’hypothèse qu’en cyclisme sur route, le plateau ovale confère un avantage notamment lorsqu’on doit franchir un petit raidillon, ce qui s’apparente en quelque sorte à un sprint. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti quand j’ai testé des plateaux ovales de différentes marques, sur divers vélos de route. À noter cependant que cet effet turbo varie un peu d’un plateau ovale à l’autre (tous les fabricants ne misent pas sur le même degré d’ellipticité).

Attention blessures !
Les cyclistes qui ont roulé pendant des années avec des plateaux ronds risquent de s’infliger une blessure au genou en passant aux plateaux ovales sans s’y habituer progressivement. Par ailleurs, si on a l’impression d’être plus efficace avec des pédaliers ovales, ce n’est qu’à des cadences de pédalage faible ou moyenne, mais rarement à plus d’approximativement 105 tours par minute. Dernier point : le risque que la chaîne tombe en changeant de plateau (surtout en passant du petit au grand) est un peu plus élevé avec des plateaux ovales.


Anecdote
Mon ami Dominique Bard, ex-membre de l’équipe de France de paracyclisme et grand magicien de la mécanique cycliste, me dit que les plateaux ovales ne donnent de bons résultats que chez les cyclistes qui croient qu’ils sont supérieurs aux plateaux ronds ; ha, ha, ha.


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *