NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Comment choisir son SUP
3-2-1-go

En ce début de saison cette interrogation revient à répétition sur les réseaux sociaux et les sites de SUP (Stand Up Paddle). La question parait simple. Pourtant, au vu de la multitude de produits et d’options offerts aujourd’hui, la réponse ne l’est pas !

Une fois passée l’hésitation entre une planche rigide et une gonflable, la plupart des acheteurs optent pour un modèle d’entrée de gamme. Une planche (économique) qu’ils tenteront finalement de revendre quelques mois plus tard, insatisfaits par la performance et souvent, avec une perte considérable !

Mon premier conseil est donc : n’achetez pas ! Essayez ! Louez ou empruntez autant de planches que vous pouvez.

Un après-midi sur un lac révèlera bien plus que des dizaines d’heures de recherche sur le net. Profitez de journées de démonstration offertes par les magasins ou louez dans un centre de location pour tester autant de modèles que possible.

Mon deuxième conseil, ne cherchez pas une planche « à tout faire », il y a de grandes chances qu’elle soit bonne à rien, voire, nulle dans tout.

Je vois souvent des commentaires comme celui-ci : « je cherche une planche pour faire un peu de promenade sur lac, du yoga, de la rivière, mais je voudrais aussi pouvoir aller sur l’océan faire un peu de surf. J’aimerais quelque chose de rapide mais de stable… Et, j’aimerais pouvoir emmener mon chum/blonde/enfants/chien avec moi ».

Arrêtez de rêver, même s’il existe des planches versatiles et que certains fabricants ou vendeurs sont prêt à jurer que leur planche est « hyper polyvalente », ne les croyez pas ! Oseriez-vous acheter un véhicule 4X4, convertible sport avec un habitacle de familiale, un châssis de bus scolaire, la carrosserie d’une Nissan Micra et le moteur d’une Ferrari ?

Rigide ou gonflable ?

Les rigides

POURCONTRE
PerformancePrix
DesignPlus difficile à ranger
Surf/CourseDurabilité/longévité
Réaction/réponse/manoeuvrabilitéPlus difficilement réparables
DirectabilitéTransportabilité
EsthétiqueStabilité
Mise en activité

 

Les gonflables

POURCONTRE
PortabilitéFlexibilité
FlottabilitéAssemblage
Durabilité/longévitéPerforation
Confort/sécuritéImpact environnemental
VersatilitéMise en activité (gonflage)
LégèretéRéaction/réponse
StabilitéManoeuvrabilité
RéparableDirectabilité
Transportabilité

Le marché du SUP gonflable est en plein essor.
Outre les marques novatrices (Red Paddle, NSP, JP Australia, Naish, Fanatic…) on voit maintenant une multitude de petites compagnies produisant des planches qui sont quasiment toutes fabriquées en Chine. Ces produits sont souvent d’une qualité qui laisse à désirer, avec un PVC simple couche de qualité moyenne. L’assemblage est fait par collage plutôt que par fusion et il n’y a pas de drop stitch*. Les accessoires et le sac de transport sont souvent de qualité inférieure et la garantie varie de douteuse à inexistante. Quant à l’impact environnemental, il faut se rappeler que pour offrir des produits à très bon marché, plusieurs manufacturiers n’hésitent pas à retirer les scrupules de l’équation.

Quelques caractéristiques à connaître

La longueur

Planche courte = maniabilité, réactivité (pagayeurs expérimentés, surf, rivière avec rapides etc.)
Planche longue = Confort à la rame, glisse, fluidité, confort, capacité de chargement.

La largeur

Plus la planche est large, plus elle est stable ; évidemment, à l’inverse, moins elle est rapide et maniable. La largeur d’un paddle, (gonflable ou rigide) varie généralement de 56 cm (22 pouces) ou moins à 86 cm (34 pouces).

L’épaisseur

L’épaisseur multipliée par la longueur et la largeur donnent le volume. Le volume total influe directement sur la flottabilité mais aussi la stabilité et la rigidité. Sur les modèles gonflables l’épaisseur varie, en moyenne, de 120 mm (4.7 pouces) à 150 mm (5.9 pouces).

Une planche de qualité moyenne de 15 centimètres d’épaisseur conviendra donc à un pagayeur léger ou de petit gabarit tandis qu’un modèle haut de gamme de la même épaisseur, ou moindre pourra supporter 90 kg sans broncher. Règle générale, une planche plus épaisse sera plus adéquate pour une personne dont le poids est de 80 kg ou plus.  À noter, si vous pensez emmener, enfant, chien, conjoint ou tout simplement partir en expédition de camping, il faut prévoir une planche capable de porter ce poids supplémentaire. Il est alors fortement recommandé de choisir une planche d’au moins 150 mm d’épaisseur.

Les types de modèles

Surf

Pour la pratique du stand up paddle dans les vagues, il est plus maniable du fait qu’il est court et idéalement rigide.

Polyvalent/ balade

Pour des balades en eau calme mais également sur des plans d’eau légèrement agités. Idéal pour la pratique du yoga.

Race balade

Similaire aux SUP balade, seulement sa forme plus étroite et pointue permet d’atteindre de plus grandes pointes de vitesse.

Expédition

Une planche plus longue : de 12,6 à 14 pieds, qui offre une capacité de chargement ou peut être utilisée par un pagayeur plus lourd mais qui conserve un profil et une maniabilité performants.

Race

Comme son nom l’indique, c’est un SUP dédié à la course qui permet d’atteindre de grandes pointes de vitesse. Il est dédié à une pratique sportive poussée plutôt qu’au loisir. Très profilées, ces planches sont aussi très instables et nécessitent une bonne expérience du pagayage et de la « glisse » sur l’eau.


Simple couche, double couche, quelle est la différence ?

Une planche conçue avec une simple couche de PVC est beaucoup plus légère mais évidemment moins rigide et moins résistante à l’abrasion. De plus, elle n’offre pas la meilleure performance, notamment à cause de sa flexibilité : elle plie sous l’impact du pagayeur au moment de la poussée.

De plus, pour effectuer une manoeuvre de pivot par exemple ou lors de déplacements qui nécessitent un bon équilibre sur le SUP, une planche trop flexible rendra tout mouvement de transition très difficile.

Dans une planche à double épaisseur, la rigidité maximale du PVC est obtenue pas un processus de laminage de deux couches croisées de PVC. Certaines compagnies ajoutent même un laminage en carbone flexible (Hala) ou des barres de rigidité (Red Paddle). MSL Monocoque Structural Laminate qui conserve l’avantage d’une planche simple couche (légèreté), cumule ceux d’une double couche (résistance) tout en restant très légère. Les fabricants de planches gonflables n’ont pas fini de nous étonner.

Le drop stitch, kesako ?

Afin de maintenir la forme de la planche sous le gonflage à haute pression, on utilise une technologie issue de l’industrie aéronautique, des milliers de filaments en nylon relient les deux couches de PVC. Au gonflage, sous la tension, ils se tendent et se rigidifient permettant à la planche d’offrir ainsi sa performance optimale à haute pression. Sans cela la planche plie au milieu et remonte à l’avant et à l’arrière, créant un effet de « banane ». Plus il y aura de filaments dans le Drop Stitch, plus les filaments seront rapprochés, plus il sera de qualité et votre paddle stable et performant.

Double chambre

Certaines planches sont construites avec une technologie dite à double chambre (double chamber). Il s’agit d’un assemblage de deux chambres séparées. En plus de la flottabilité et de la rigidité, cela augmente la sécurité, en cas de perforation. Ce type de SUP est fortement recommandé, notamment pour aller en mer, et davantage si on veut s’éloigner à plus de 300 m de la côte.

Le prix

Rappelez-vous que pour un SUP, comme pour le reste, “you get what you pay for”, et que les modèles « économiques » vont à un moment ou à un autre vous décevoir. Si vous cherchez à acquérir une planche, renseignez-vous, magasinez et soyez perspicaces !

En effet, la planche à $399,00 avec tout l’équipement inclus ne vous satisfera seulement si :

– vous n’avez pas les moyens d’investir davantage,

– votre pratique est occasionnelle,

– vous ne souhaitez pas miser sur la durabilité,

– vous ne visez pas la performance dans ce sport ni d’en découvrir les nombreuses possibilités.

Parfois, pour à peine $100 ou $200 de plus que votre budget initial, il est possible de trouver, soit dans l’usagé ou lors de ventes de fin de saison, un modèle plus performant et durable que les options d’entrée de gamme, qui saura satisfaire vos besoins pour plusieurs années.


Vous avez aimé… Partagez !

Patrice Halley

Patrice Halley

Patrice Halley est un nomade professionnel. Photographe, journaliste, auteur, rédacteur en chef et plus récemment caméraman-réalisateur documentaire. Adepte de snowboard, vélo de montagne, SUP, canot, kayak et de treks en régions très, très, éloignées. On peut voir son travail sur www.patricehalley.com

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *