NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Test | VEO-STRIP

Pendant l’effort, notre organisme réduit l’augmentation de la température corporelle grâce à l’évaporation de l’eau de la sueur qui est produite par nos glandes sudoripares.

La sueur est donc utile pour prévenir la surchauffe. Mais il est très désagréable d’avoir de la sueur dans les yeux (elle contient des électrolytes et de l’urée). Afin de réduire la quantité de sueur qui y entre, plusieurs ont recours à une casquette ou un bandeau absorbant, mais cela ne donne pas de bons résultats, et empire le stress thermique.

Ayant vu des photos de la coureuse cycliste professionnelle Lex Albrecht portant au front une drôle de gouttière, je me suis renseigné et j’ai commandé ce truc qui vous donne un air un peu bizarre : les VEO sweat-diverting strips.

C’est une bande de plastique mou à usage unique (malheureusement non-réutilisable) qu’on se colle sur le front. Elle dévie la sueur qui coule sur le front vers les côtés du visage.

Six séances cyclistes intensives sur Zwift de plus de deux heures m’ont convaincu : cette gouttière empêche presque complètement la sueur d’atteindre les yeux.

Au début ça fait un peu bizarre car on sent les gouttelettes de transpiration se former sur le front, mais on n’a pas besoin de s’éponger : les yeux sont bien protégés. Il suffit de pencher la tête légèrement de côté pour que la sueur captée par la gouttière dégouline sur les côtés. Génial !

J’ai demandé à Lex Albrecht ce qu’elle en pensait. Elle confirme ce que j’avais remarqué : on s’habitue rapidement… et on devient vite accro. C’est surtout dans les longues montées sous la canicule (quand il n’y presque plus de vent apparent) qu’on apprécie le plus la VeoStrip. On ne passe pas inaperçu en portant cette gouttière, mais on profite de plus de confort à l’effort. Une version “réutilisable” ferait indéniablement de ce produit un best-seller !


Physiologie de la sudation à l’effort
Le taux de sudation est globalement plus élevé chez les hommes que chez les femmes (pourtant, elles ont plus de glandes sudoripares !), et il augmente avec le niveau de forme. Chez les grands champions, il peut atteindre jusqu’à 3 litres à l’heure.

Attention. Ce n’est pas le fait de transpirer qui nous refroidit ! C’est seulement lorsque l’eau de la sueur passe de l’état liquide à l’état de gaz que la peau perd de la chaleur.


Choix de 5 couleurs et transparent ; 12,99 US$ pour 6, 29,99 US$ pour 30.

Pour en savoir plus : www.veostrip.com


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *