NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Duathlon et triathlon : reculer les cales sous la chaussure ?
3-2-1-go

Les duathloniens et triathloniens affirment que la transition du vélo à la course à pied est une étape difficile et cruciale de la compétition. Dans le but de diminuer la fatigue de certains muscles du pied et ainsi favoriser une meilleure performance à l’étape de la course, plusieurs se demandent s’il est avantageux de fixer les cales (lien entre la chaussure cycliste et la pédale) plutôt en avant ou plutôt en arrière.

On peut en effet faire l’hypothèse qu’en les reculant, on peut réduire le travail des groupes musculaires exécutant la flexion plantaire (muscles gastrocnémiens et soléaires) qui poussent sur les pédales en fin d’extension des membres inférieurs ; d’où une difficulté moins importante pendant la course à pied.

Il semble qu’en effet, les duathloniens et les triathloniens auraient avantage à faire l’essai du positionnement « sur-engagé » des cales en les plaçant sous l’articulation tarsométatarsienne (position reculée) plutôt que métatarso-phalangienne (position avancée).

C’est ce qui ressort d’une étude où 12 triathloniens ont effectué deux simulations de duathlon, réalisées avec des cales en position sur-engagée ou sous-engagée. Dans l’essai où les cales étaient sur-engagées, les sujets ont réalisé une meilleure performance au test de course à pied sur tapis roulant effectué immédiatement après la période de 30 minutes de pédalage à intensité élevée : temps moyen 2,2 % plus court sur 5,5 km. C’est une différence importante de performance (en moyenne : 33 s) !

Ces résultats corroborent ceux d’autres études où on a observé qu’avancer le pied sur la pédale s’accompagne d’une réduction d’environ 20 % de la sollicitation des fléchisseurs plantaires et du degré de fatigue de ce groupe musculaire. Voilà qui est particulièrement intéressant pour ceux et celles qui ont une fragilité aux tendons d’Achille.

Pour les duathloniens et les triathloniens, il semble y avoir peu d’inconvénients à reculer la cale sous la chaussure cycliste – que des avantages !

Mais attention. Quand on change quoi que ce soit dans la mécanique du pédalage, il faut s’allouer une longue et lente progression dans la charge d’entraînement, pour réduire le risque de blessure. Par ailleurs, en reculant la cale sous la chaussure, on éloigne sensiblement la malléole de la hanche ; il faut donc abaisser la selle de quelques millimètres pour que l’angle au genou demeure inchangé.


Référence

Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre infolettre.

Recevez nos dernières fiches scientifiques et revues d'équipement.