NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Test | MSR : Remote 2

Camper l’hiver peut bien sûr se faire avec n’importe quelle tente. Mais quand le mercure descend sérieusement et que les vents se mettent de la partie, mieux vaut pouvoir compter sur une tente vraiment conçue pour l’hiver. La nouvelle Remote 2 de MSR a tout pour nous aider à affronter les pires conditions.

Premières impressions
À voir et à soupeser la tente dans son sac de transport, on comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un modèle ultra-léger. Mais, pour une tente de catégorie « expédition » pour deux personnes, 2,95 kg, ça se gère bien.

Ce poids et ce volume s’expliquent surtout par un double-toit « blindé ». Celui-ci est en polyester « ripstop » et traité d’un déperlant durable (DWR) DuraShield. Son épaisseur nous met en toute confiance quant à sa résistance. On y retrouve par ailleurs de nombreux ancrages (avec bande réfléchissante intégrée) incluant des cordelettes, en plus d’un œillet très solide en plastique de chaque côté – très appréciés quand la tempête vire à l’ouragan !

Les arceaux Easton Syclone sont faits d’un composite de « qualité aéronautique » qui serait 80 % plus flexible et résilient que l’aluminium ou le carbone. Habituellement, les tentes de ce gabarit ne possèdent que deux arceaux qui se croisent au sommet de la tente. La Remote 2 en possède un troisième qui vient soutenir les deux autres. Un choix de structure sensée pour une tente qu’on veut pouvoir soumettre à de lourdes charges de neige. Ce troisième arceau élargit également la toiture devant les portes, ce qui est un grand « plus ».

La base du double-toit devant les vestibules est pourvue de larges rabats qui viennent sceller ceux-ci afin que neige et pluie restent à l’extérieur, même lorsque le vent souffle à l’horizontale.

Après quelques nuits
La superficie du plancher intérieur fait 3,1 m2 (33 pi2), à cela s’ajoute les vestibules : 2,04 m2 (22 pi2) ; soit une superficie très correcte pour de courts séjours à deux personnes. Pour des escapades plus longues, j’opterais toutefois pour la Remote 3, qui ne pèse que 500 g de plus et qui ne coûte que 100 $ de plus, mais qui offre 1,2 m2 (13pi2) de plus au plancher. Je préfère de loin me priver d’un extra de vêtement, au profit d’un habitacle plus spacieux !

Lorsque qu’il fait très froid (-20 °C) et que toutes les ouvertures sont fermées et les rabats du double-toit scellés avec de la neige, l’intérieur même de la tente se couvre d’un léger givre de condensation (plutôt que seulement sur la paroi du double-toit). Celui-ci se sublime toutefois vite au matin quand le soleil atteint la tente. Pour tenter de diminuer la condensation, j’ai laissé les petites fenêtres des portes ouvertes : sans succès ; cette tente est vraiment « étanche ». Le bon côté de cette étanchéité est qu’elle conserve bien la chaleur émise par ses occupants. Au petit matin d’une nuit à -25 °C (en solo), mon thermomètre indiquait -7 °C à l’intérieur !

Les piquets fournis (à droite sur la photo) sont totalement inutiles dans la neige. Pour une tente de ce prix conçue pour l’hiver, on aurait aimé que des piquets de neige soient inclus. MSR en vend pour 24 $ le paquet de quatre. On en trouve des « génériques » (à gauche sur la photo) pour moins de 2 $ pièce, qui sont tout aussi bons.

 

 

Le seul bémol noté sur la Remote 2 sont les (trop) petites sangles à velcro qui arriment le double-toit aux arceaux. Par très grands vents, certaines finissent par se détacher. Il s’agit d’une faiblesse qu’on retrouve sur plusieurs modèles de tente. On se demande pourquoi les fabricants n’y remédient toujours pas.

 

 

Le vestibule principal, soutenu par un arceau, est suffisamment large pour abriter les sacs et le matériel, et même servir de lieu pour cuisiner quand le temps est inclément.

En somme, la Remote 2 constitue un abri hivernal des plus résistants. On s’y sent vraiment bien protégé. On apprécie beaucoup la solidité de sa structure, ses deux portes, ses deux vestibules, et son orange vif, qui nous donne un beau teint basané le matin !

$ 900 CAD
2,95 kg
  • Très solide et résistante
  • Un peu cher / Piquets de neige non-inclus

92 of 100

90 of 100

92 of 100

70 of 100

90 of 100

85 of 100

95 of 100

92 of 100

90 of 100


Les notes sont basées sur la comparaison avec des produits équivalents, et la durabilité est évaluée en fonction de l’analyse des composantes et s’appuie sur l’expérience de l’auteur, et non pas sur une utilisation à long terme.


Vous avez aimé… Partagez !

Xavier Bonacorsi

Xavier Bonacorsi

Photographe, kinésiologue, constructeur et disciple de la maxime : « la vie se passe dehors »; Xavier écrit pour divers magazines de photographie, d’entraînement, de santé et de plein-air.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *