NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Natation : rapprocher l’échauffement du départ pour une meilleure performance
3-2-1-go

L’effet bénéfique d’un échauffement sur la performance dépend principalement de son intensité, de sa durée et du laps de temps avant le départ de la course. Cet avantage est principalement lié à l’élévation de la température corporelle qui s’accompagne de changements métaboliques et physiologiques comme l’activation du métabolisme anaérobie, l’augmentation de l’apport d’oxygène aux muscles et l’accentuation de la vitesse de conduction nerveuse.

Comme la température musculaire peut chuter significativement pendant les premières minutes suivant la fin d’un effort, un échauffement terminé trop longtemps avant le départ pourrait être moins efficace. Or les nageurs doivent habituellement se présenter à la chambre d’appel 20 minutes avant leur course, d’où un laps de temps assez important entre la fin de l’échauffement et le départ.

Le but de l’étude Influence of post-warm-up recovery time on swim performance in international swimmers (2013) était de comparer les effets d’un échauffement exécuté 20 minutes et 45 minutes avant le départ sur la performance au 200 mètres style libre de nageurs de niveau international.

Pour ce faire, 4 nageuses et 4 nageurs (âge : 18,8 ans ± 1,3) du British Swimming Intensive Training Center ont participé à deux courses de 200 mètres style libre à sept jours d’intervalle. Un échauffement standardisé a été complété 20 minutes avant le départ pour l’une des courses et 45 minutes avant le départ pour l’autre (assignation aléatoire).

Lorsque les nageurs n’avaient que 20 minutes de repos entre l’échauffement et le départ, ils ont eu de meilleurs résultats : de 0,62 à 4,2 secondes de moins que lorsque le temps de repos avait été de 45 minutes. Une diminution moins prononcée de la température corporelle, due à un plus petit écart temporel entre l’échauffement et le départ, expliquerait ce résultat.

Ainsi, les nageurs devraient terminer leur période d’échauffement peu de temps avant le départ de la course afin de maintenir une température corporelle élevée et d’optimiser leur performance. D’autres méthodes pour maintenir ou pour élever la température corporelle, comme le port de survêtements et une température ambiante adéquate, pourraient aussi être utilisées conjointement ou en remplacement s’il est impossible de terminer l’échauffement peu de temps avant le départ, mais ces méthodes doivent être examinées plus en détail.

Reste aussi à déterminer si un écart encore moins long entre l’échauffement et la course s’accompagnerait d’une meilleure performance.


Avec la participation de Myriam Paquette et Kathryn Adel


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

  • Avatar

    read free day here

    31 janvier 2019 #1 Author

    Since the temperature of the muscles may drop significantly during the first minutes after the end of the effort, a warm-up, completed too long before the start, may be less effective.

    Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *