NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

La puissance de pédalage : laboratoire vs courses sur route

On sait que la puissance de pédalage tenue par un cycliste dans un test continu et maximal en laboratoire est fortement corrélée avec celle qu’il peut maintenir dans une course contre la montre. Mais on peut difficilement faire le parallèle entre les résultats à un test de laboratoire classique et la performance en cyclisme sur route car dans ce sport, la puissance développée varie considérablement en fonction du parcours et des stratégies.

D’où l’intérêt de vérifier si les puissances de pédalage que les cyclistes peuvent tenir dans des tests continus et maximaux de différentes durées (5 secondes à 10 minutes) sont corrélées à celles qu’ils maintiennent en compétition dans des parties de course de même durée. C’est ce qu’on fait les auteurs de The power profile predicts road cycling MMP (2010).

Au cours des deux semaines précédant d’importantes courses cyclistes de 2006 (Tour Down Under, Tour de Canberra, Tour de Langkawi, championnats d’Australie), dix coureurs cyclistes de haut niveau (VO2max de 73 ± 5 mL/kg/min) ont effectué un test de laboratoire d’une durée totale d’une heure où il devaient pédaler à l’intensité la plus élevée possible pendant des fractions d’effort de 5, 15, 30 et 60 secondes et 4 et 10 minutes, entrecoupés d’une période de récupération active de 54 secondes à 10 minutes, selon la durée de la période d’effort. La puissance de pédalage en course a été enregistrée à l’aide d’un pédalier SRM.

Pour chaque coureur, on a identifié la plus haute puissance moyenne de pédalage sur des périodes de même durée que les fractions d’effort maximal du test en laboratoire.

La comparaison statistique des puissances de pédalage au cours des fractions d’effort des test maximaux de 5 secondes à 10 minutes à celles mesurées en compétition sur les mêmes durées révèle qu’elles ne sont pas différentes (mais la fréquence de pédalage était systématiquement plus élevée pendant les tests de laboratoire que pendant les compétitions).

Les cyclistes peuvent donc évaluer avec une bonne validité leur puissance de pédalage à l’aide d’un test de laboratoire comprenant des efforts maximaux sur des durées de 5 secondes à 10 minutes.

On ne sait toutefois pas jusqu’à quel point les résultats aux tests les plus longs peuvent être affectés par les efforts déployés pendant les tests plus courts qui précédaient.


Lectures suggérées
VO2 requirement at different displayed power outputs on five cycle ergometer models : A preliminary study (2010)
Tests of cycling performance (2001)


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l’exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d’endurance et performance ; et En pleine forme, conseils pratiques pour s’entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *