NATURE HUMAINE

Là où la science, l'expérience et la passion
pour l'activité physique, la performance et le plein-air se rencontrent

Entraînement - Équipement - Plein-air

Courir en « survitesse » améliore la vitesse de pointe, la coordination et l’accélération Courir en « survitesse » améliore la vitesse de pointe, la coordination et l’accélération
L’inclinaison idéale pour atteindre la vitesse la plus élevée en course à pied serait d’environ -5,8%. Courir en « survitesse » améliore la vitesse de pointe, la coordination et l’accélération

Pour s’entraîner en « survitesse », il faut faire des sprints sur pente descendante

Dans plusieurs sports, on utilise l’entraînement de course à pied en survitesse en pente descendante pour améliorer la vitesse de pointe, la coordination et l’accélération. Dans son étude : The optimal downhill slope for acute overspeed running (2008), WP Ebben a voulu déterminer la pente optimale sur laquelle s’entraîner à la course, afin d’atteindre les vitesses les plus élevées.

Treize sujets provenant de disciplines différentes ont effectué un sprint de 40 verges (36,6 m) sur le plat. Puis on a comparé la différence des temps de performance entre cet essai et des courses de même distance avec cinq pentes d’inclinaison allant de -2,1 à -6,9 %.

Le temps de performance sur 40 verges diminue au fur et à mesure qu’augmente la pente descendante pour les inclinaisons de 0 % à -5,8 %, mais il augmente avec une pente de -6,9 %. Avec la pente optimale (-5,8 %), la réduction du temps de performance est de 6,5 %, par rapport à la course sur le plat.

Ainsi, pour maximiser les gains en performance issus d’un entraînement en survitesse, une pente descendante de -5,8 % est à favoriser. Il va sans dire que l’entraînement en pente descendante doit suivre une longue et lente progression afin de réduire le risque de courbatures et de blessures.


Avec la participation de Joanie Caron.


Vous avez aimé… Partagez !

Guy Thibault

Guy Thibault

Docteur en physiologie de l'exercice, Guy est directeur des Sciences du sport de l’Institut national du sport du Québec et professeur associé au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal. Ses deux derniers livres sont des succès de librairie : Entraînement cardio, sports d'endurance et performance; et En pleine forme, conseils pratiques pour s'entraîner et persévérer.

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser le vôtre !

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *